Bible

Face à l'(in)justice

J’ai le plaisir de régulièrement contribuer à la petite brochure Pain de ce jour. Ces petits commentaires se trouvent aussi affichés sur les sites internet des différentes paroisses. Je reproduit ici, dans une série de billets, ces commentaires que vous êtes invités à reprendre comme bon vous semble.


Texte

1Il y aura un roi qui régnera selon les principes de la justice ; et les princes exerceront le pouvoir conformément au droit. 
2Chacun d’eux sera bienfaisant, comme un abri contre le vent, un refuge contre l’orage, un ruisseau dans une terre aride ou l’ombre d’un gros rocher dans un pays torride. 
3Ceux qui devraient voir n’auront plus les yeux aveuglés, ceux qui devraient entendre auront les oreilles grandes ouvertes. 
4Les gens irréfléchis se mettront à comprendre, ceux qui bégaient s’exprimeront vite et clairement. 
5On ne dira plus des insensés qu’ils sont nobles, on ne dira plus à ceux qui trompent les autres qu’ils sont des gens de qualité.
6Les insensés ne parlent que pour dire des idioties. Ils réfléchissent au mal qu’ils vont faire, ils agissent de façon malfaisante et tiennent des propos scandaleux contre le Seigneur. Ils laissent l’affamé manquer du nécessaire, et refusent de donner à boire à celui qui meurt de soif. 
7Quant à ceux qui trompent les autres, ils ont des armes cruelles. Ils préparent leurs mauvais coups pour nuire aux pauvres, en affirmant ce qui est faux alors que les malheureux réclament seulement leur droit. 
8Mais la personne dont le cœur est noble n’a que de nobles pensées, et elle n’intervient que pour de nobles causes.
9Femmes qui vous croyez en sécurité, debout, écoutez-moi. Filles insouciantes, attention, j’ai à parler ! 
10Dans un peu plus d’un an, vous qui êtes sûres de vous, vous vous inquiéterez, car la vendange sera perdue, il n’y aura pas de récolte. 
11Tremblez donc de peur, femmes qui vous croyez en sécurité, inquiétez-vous, femmes insouciantes. Quittez vos vêtements, déshabillez-vous et mettez autour de la taille l’étoffe de deuil. 
12Frappez-vous la poitrine, pleurez sur la belle campagne et sur la vigne féconde, 
13sur la terre de mon peuple, envahie par les épines et les ronces, pleurez sur toutes ces maisons joyeuses et sur cette ville en fête. 
14Le palais est abandonné, la ville bruyante est désertée, le quartier de l’Ofel ainsi que la tour de guet sont devenus pour toujours des terrains vagues, où se plaisent les ânes sauvages et où viennent paître les troupeaux.
15Puis, d’en-haut, le Seigneur répandra sur nous son Esprit. Alors le désert deviendra un verger et le verger une forêt. 
16Le droit sera chez lui dans ces terres aujourd’hui désertiques, et la justice régnera dans le verger. 
17La justice produira la paix, elle créera pour toujours la tranquillité et la sécurité. 
18« Mon peuple habitera une oasis de paix, il vivra en sécurité, au repos et sans souci.
19La forêt s’écroulera sous la grêle, la ville s’effondrera. 
20Mais heureux serez-vous tous de semer partout près de l’eau, et de laisser le bœuf ou l’âne aller et venir librement ! »

Traduction Nouvelle Français Courant

Méditation

Certes, nous vivons dans l’espérance du Royaume à venir. Nous vivons dans l’attente du retour du Roi qui « règnera selon la justice ». Déjà Esaïe annonce ce Royaume que Jésus a inauguré dans le double événement de Noël (sa venue) et de Pâques (son couronnement). Mais le prophète met en garde contre une attitude complaisante. Le fait que le Royaume vienne ne doit pas être une excuse pour détourner le regard face au mal. Ce n’est pas parce qu’il a été vaincu à la Croix que nous ne devons pas le condamner lorsqu’il se manifeste. A travers son appel aux femmes, c’est tout le peuple – et nous avec – qui sommes appelés à la repentance, afin que ce Royaume qui est à venir, soit aussi en même temps déjà accompli et manifesté ici et aujourd’hui. Confrontés à l’injustice et au mal, nous pouvons aussi être tentés de perdre tout espoir. « Le donjon est abandonné, la ville bruyante est délaissée ; la colline et la tour serviront à jamais de caverne ». Mais Esaïe s’empresse d’ajouter : « Jusqu’à ce que l’Esprit soit répandu d’en haut sur nous. » Nous vivons dans ce temps de l’Esprit, inauguré à Pentecôte. A nous donc de faire « l’œuvre de la justice » en recherchant la paix, comme avant-goût de ce Royaume à venir, mais déjà là.


Prière

Ô Dieu notre Père,

Que par ton Esprit nous ayons le courage de combattre l’injustice, l’humilité qui mène à la vraie repentance, et la force de poursuivre un œuvre de paix.

Inscris-toi pour ne pas rater les prochains articles

close

Hello !

Inscris-toi pour ne pas rater les prochains articles !

Pasteur dans l'EPG, je partage ici diverses réflexions, prédications et expériences, en espérant créer la discussion afin que nous puissions nous enrichir mutuellement.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :