Bible

La goutte d’eau qui rompt la digue

J’ai le plaisir de régulièrement contribuer à la petite brochure Pain de ce jour. Ces petits commentaires se trouvent aussi affichés sur les sites internet des différentes paroisses. Je reproduit ici, dans une série de billets, ces commentaires que vous êtes invités à reprendre comme bon vous semble.

Proverbes 17:1-17

1Mieux vaut un morceau de pain sec avec la tranquillité 
Qu’une maison pleine de viandes avec la discorde.
2Un serviteur qui a du discernement domine sur le fils qui fait honte, 
Et il aura part à l’héritage au milieu des frères.
3Le creuset est pour l’argent, et le four pour l’or ; 
Mais celui qui éprouve les cœurs, c’est l’Éternel.
4Celui qui fait le mal est attentif à la lèvre injuste, 
L’homme faux prête l’oreille à la langue pernicieuse.
5Qui se moque du pauvre déshonore celui qui l’a fait ; 
Qui se réjouit d’un malheur ne sera pas tenu pour innocent.
6Les petits-fils sont la couronne des vieillards, 
Et les pères sont la parure de leurs fils.
7Le langage distingué ne convient pas à un insensé ; 
Combien moins à un noble le langage faux.
8Les présents sont une pierre précieuse aux yeux de ceux qui en disposent ; 
De quelque côté qu’ils se tournent, ils ont du succès.
9Celui qui couvre une faute recherche l’amour, 
Et celui qui la rappelle dans ses paroles divise les amis.
10Un reproche fait plus d’impression sur l’homme intelligent 
Que cent coups sur l’insensé.
11L’homme mauvais ne recherche que révolte, 
Mais un messager cruel sera envoyé contre lui.
12Rencontre une ourse privée de ses petits, 
Plutôt qu’un insensé dans sa stupidité.
13Celui qui rend le mal pour le bien 
Le mal ne s’éloignera pas de sa maison.
14Commencer une querelle, c’est rompre une digue ; 
Avant que la dispute se déchaîne, retire-toi.
15Celui qui justifie le méchant et celui qui condamne le juste 
Sont tous deux en horreur à l’Éternel.
16A quoi sert une somme d’argent dans la main de l’insensé 
Pour acheter la sagesse ? … Mais il n’a point de sens.
17L’ami aime en tout temps, 
Et un frère est là pour aider dans la détresse.

Traduction Segond Révisée

Être en relation avec d’autres nous expose immanquablement au risque d’être blessé. Lorsque cela arrive, lorsque l’autre me cause du tort, quelle est ma première réaction ? Probablement que j’attends quelque réparation, que l’autre fasse acte de contrition, et surtout qu’il le fasse de son propre chef. Quand cela n’arrive pas, je me retrouve à ruminer. Plus le temps passe, plus la relation se dégrade jusqu’à ce que la goutte qui fait déborder le vase arrive. Ou, dans le langage des Proverbes, jusqu’à ce que la digue se rompe. Pour éviter d’en arriver là, je suis invité à pardonner intérieurement la faute subie, et à avoir une parole vraie et sensée pour celui qui m’a causé du tort. Si je parle avant d’avoir pardonné intérieurement, mes paroles risquent d’être pleines de méchanceté et de faire empirer la situation. 

Est-ce que j’arrive à penser à une personne avec qui la relation a été brisée, ou risque de l’être ? Ai-je pardonné intérieurement ?


Seigneur, toi seul est celui qui éprouve les cœurs. Éprouve le mien, et vient calmer mes tempêtes intérieures. Donne-moi ta paix, afin que je puisse vivre de cette paix avec mes frères et mes sœurs en Christ. Amen

Inscris-toi pour ne pas rater les prochains articles

close

Hello !

Inscris-toi pour ne pas rater les prochains articles !

Pasteur dans l'EPG, je partage ici diverses réflexions, prédications et expériences, en espérant créer la discussion afin que nous puissions nous enrichir mutuellement.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :