Bible

Béatitudes – Heureux ceux qui ont faim et soif de justice


Une histoire d’enchiladas

Quand je suis rentré chez moi hier midi, je n’avais pas particulièrement faim. Mais lorsque j’ai poussé la porte de notre appartement et que j’ai senti l’odeur des enchiladas que ma femme avait fait, tout d’un coup j’ai été saisi d’une faim immense. J’en ai avalé deux grandes, et j’en voulais encore. Mais je me suis retenu pour ne pas faire une indigestion et aussi pour pouvoir en profiter encore aujourd’hui. 

Il arrive parfois que l’on ait faim ou soif d’une chose très précise, et qui nous semble impossible à pleinement satisfaire. C’est ça ou rien. Que ce soit des enchiladas, de la glace, un bon steak, une bière, un coca. 

De quoi avons-nous faim et soif ?

Et ça m’a fait penser à cette quatrième béatitude :

Heureux ceux qui ont faim et soif de justice, car ils seront rassasiés !

Matthieu 5:6

Après la troisième béatitude, on pourrait penser qu’il y a une dimension matérielle aux bénédictions de Dieu. On pourrait penser que le chrétien est appelé à désirer les biens de ce monde. A la place, nous découvrons que ce que le chrétien désir le plus, ce dont il a faim et soif, plus que les choses physiques et matérielles de ce monde, c’est de justice et du Royaume de Dieu. Un petit peu plus loin dans le Sermon sur la Montagne, Jésus dit ceci :

Ne vous inquiétez donc pas, en disant : Que mangerons-nous ? Ou : Que boirons-nous ? Ou : De quoi serons-nous vêtus ? Car cela, ce sont les païens qui le recherchent. Or votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez premièrement son royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par-dessus. 

Matthieu 6:31-33

Une justice en 3 dimensions

Dans la Bible, nous découvrons 3 dimensions à la justice.

  • Légale : La justice entre Dieu et moi. Le rétablissement de ma relation à Dieu.
  • Morale : avoir un caractère juste, être habité par une justice du coeur et de l’esprit.
  • Sociale : la justice n’est pas uniquement une affaire privée et intime, qui ne regarde que moi et Dieu. Il y a également une soif pour la justice dans la société civile, dans les tribunaux, dans nos foyers, dans nos manières de faire du commerce, de mener nos entreprises, etc. 

Vivre avec le Christ, demande aussi d’être affamés et assoiffés de justices, de choses justes. Pas uniquement de regarder en arrière sur mes fautes passées, mais désirer la justice dans toutes ses dimensions. Après être devenus pauvres en esprit, après avoir reconnus notre faute, et nous en être repentis dans les larmes de la deuxième béatitude. Après nous être humblement mis sous le règne de Dieu, nous ne pouvons pas en rester là. Il nous faut faire le pas suivant, d’avoir faim et soif de justice. Cette faim et cette soif, bien que l’on puisse la satisfaire, nous découvrons aussi qu’elle revient sans cesse. Elle semble impossible à satisfaire. Mais cette promesse nous est faite : lorsque nous serons pleinement dans le Royaume de Dieu, nous seront rassasiés, car Dieu est un Dieu de justice.

Inscris-toi pour ne pas rater les prochains articles

close

Hello !

Inscris-toi pour ne pas rater les prochains articles !

Pasteur dans l'EPG, je partage ici diverses réflexions, prédications et expériences, en espérant créer la discussion afin que nous puissions nous enrichir mutuellement.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :