Mon semestre dans la Cité Eternelle

Il est difficile de rédiger un article pour résumer mon expérience de 5 mois à Rome à la Facoltà Valdese di Teologia, car même si 5 mois ça peut paraître très court, il peut s’en passer des choses ! Plutôt que de vous faire un compte rendu détaillé de tout ce que j’ai pu y voir, de toutes les rencontres que j’ai pu faire, des moments de joie ou de prise de tête, de ce que j’y ai appris, etc., je préfère vous faire part de l’expérience unique de décentrement qu’est un semestre d’études à l’étranger. Le décentrement, voilà le mot-clé dans lequel tous les aspects de mon séjour en Italie trouvent un écho. Alors oui, Rome est très certainement décentrée géographiquement de l’Europe, surtout par rapport à Lausanne. Mais plus qu’un décentrement géographique, ces 5 mois ont été l’occasion de vivre également un décentrement culturel, intellectuel, spirituel et personnel.

Un jeune observe un beau paysage

Penser la catéchèse aujourd’hui

La catéchèse est un des défis les plus importants que l’Eglise doit relever, et qu’elle se doit de repenser sans cesse. (C’est également un sujet épineux et complexe, j’ai pour preuves les nombreuses ébauches que j’ai faites pour cet article.) C’est en grande partie par la catéchèse qu’elle peut transmettre et partager son message, cette Bonne Nouvelle par laquelle et pour laquelle elle existe. Elle a connu de nombreuses formes, en connaît aujourd’hui de nombreuses, et en connaîtra encore de d’autres. Cette richesse-là est certainement le fruit de la richesse de cette Parole qu’elle cherche à annoncer. Mais comment transmettre ce message ? Comment en témoigner, notamment dans le catéchisme ? (suite…)

On dit « évangélique » ou « évangéliste » ?

Il y a peu on me demandait « c’est quoi en fait un évangéliste ? ». La vraie question que la personne se posait était plutôt: « c’est quoi un évangélique ? » Que ce soit dans des discussions ou dans les médias, ces deux termes sont souvent utilisés comme synonymes, sans que les gens sachent vraiment quelles réalités ces termes peuvent réellement désigner, et favorisant ainsi parfois de regrettables amalgames. C’est pourquoi j’ai pensé qu’il serait utile de clarifier les sens que peuvent revêtir ces termes, ainsi que les pièges qu’ils peuvent cacher également.

De la photographie théologique ?

Je dédie une grande partie de mon temps et de mon énergie à l’étude de la théologie. A côté de cela, je me passionne également pour la photographie. Rapidement, je me suis demandé s’il était possible de concilier les deux. Ma réflexion est partie du constat que de nombreuses formes d’arts le font, possèdent une dimension théologique. Entrez dans une église catholique, et vous verrez des peintures mettant en scène un événement biblique, ou reflétant un dogme. Vous y trouverez des vitraux, avec cette vision pédagogique d’enseigner par l’image ce que nous dit la Bible. Ecoutez la musique, qui elle aussi raconte la Bible mais sert aussi à louer Dieu. Parmi toutes ces formes d’arts, la photographie peut-elle aussi avoir sa propre dimension théologique ?

(suite…)