Saint Siméon

Prédication: Soyons des Siméon!

Il y a quelques jours, nous avons célébrés la naissance de Jésus, et nous voilà réunis au Temple de Renens. De même, quelques jours après la naissance de Jésus, Joseph et marie se sont eux aussi rendus au Temple de Jérusalem pour y présenter Jésus et accomplir le sacrifice prescrit dans la Loi de Moïse. En arrivant au Temple, ils y font la rencontre de Siméon, et ce matin nous allons cheminer avec lui. Cette figure de Siméon est particulièrement intéressante pour nous, qui venons de vivre dans l’Avent un temps d’attente et de préparation à la venue de Jésus dans nos vie, que Siméon lui aussi a vécu un temps d’attente. Mais bien plus long que quelques semaines. Il nous est dit que Siméon est un personnage déjà bien avancé en âge. Il était « juste et pieux », et « il attendait la consolation d’Israël ». Cela nous dit à la fois l’attente dans laquelle il était, l’attente de toute une vie, mais cela nous dit également sa fidélité dans l’attente, la patience dont il faisait preuve. Malgré les années à attendre la venue de cette « consolation d’Israël », il est resté « juste et pieux », il est resté fidèle à Dieu, attaché à Lui, faisant confiance que cette promesse qu’il avait reçue, celle de ne pas mourir avant d’avoir vu le Messie, serait accomplie. Il savait qu’il serait amené à rencontrer le Messie. Le texte nous donne encore une autre information au sujet de Siméon. Il nous est dit que « l’Esprit Saint était sur lui ». Un jour donc, qui devait a priori ressembler à un autre, Siméon fut poussé par cet Esprit à venir au Temple. Nous ne savons pas s’il a entendu une voix lui disant de s’y rendre, ou si c’est par une pensée que cela lui a été suggéré. Quoi qu’il en soit, c’est cet Esprit Saint qui reposait sur lui qui l’a conduit ce jour-là jusqu’au Temple. (suite…)

Prédication: L’informatique de Dieu

Alors que nous préparions ce culte avec les jeunes, nous en sommes venus à faire un parallèle avec l’informatique pour expliquer le rapport entre le baptême et la Sainte Cène. Une parabole moderne, pour expliquer cette réalité invisible avec quelque chose de connu de leur part. Pour ceux qui ne sont pas nés un ordinateur dans les mains, ne vous inquiétez pas, je vais tâcher faire simple pour que tous puissent comprendre.

Je suis donc venu ce matin avec mon ordinateur. Tous les ordinateurs se ressemblent extérieurement. Ils ont un écran, un clavier, une souris, etc. Tout comme tous les hommes se ressemblent plus ou moins avec une tête, des jambes et des bras. Ça, c’est la partie visible, solide et concrète. Mais il y a aussi une part d’invisible. Les ordinateurs ont différentes façons de fonctionner. C’est ce qu’on appelle le « système ». Il y a le système Windows, le système Mac ou le système Linux pour ne citer que les plus connus. A chaque système correspond une façon de réfléchir, de penser, de présenter les choses et d’agir. Dans le monde aussi, pour les hommes, il y a différentes façons de penser, de réfléchir et d’agir. Et il y a même dans le monde une manière principale de penser. En tant qu’humains, nous pensons selon le système du monde en général. Tout le monde fonctionne plus ou moins de la même manière, non ? A la naissance on nous installe, comme pour un ordinateur, un modèle de pensée. On nous installe, on nait avec l’esprit du monde. Qu’est-ce que cela peut être cet « esprit du monde » ? Cet esprit du monde c’est la course au profit et aux richesses par exemple. Le fait de mettre son bien-être personnel au-dessus de tout le reste. (suite…)

Prédication: L’appel de Gédéon

Cet appel de Gédéon est une histoire plutôt étonnante je trouve.
Déjà, qui est-il, ce Gédéon ? Le texte nous dit qu’il fait partie du clan le plus faible, et il est le plus jeune de sa fratrie. En plus, il se cache pour battre le blé dans la cuve à fouler le raisin, pour passer inaperçu des madianites. Cela se faisait normalement dans un lieu exposé au vent, pour que la bale soit emportée. Mais Gédéon se cache dans le pressoir creusé à même la roche pour que les madianites ne viennent pas lui voler sa récolte, il a peur d’eux. C’est quelqu’un de plutôt banal en fin de compte. Il n’est ni quelqu’un d’important dans sa famille, ni dans le clan, et encore moins pour le peuple d’Israël tout entier.

L’ange accompli un miracle pour Gédéon.

Et pourtant, c’est vers lui que vient cet ange de Dieu, cet envoyé céleste. (suite…)