0

La Résurrection (Les mots de la foi)

Je tente ici de proposer une petite série d’articles sur « les mots de la foi » ou de l’Eglise, ces mots que l’on entend ou utilise plus ou moins souvent, mai parfois sans trop savoir ce qu’ils signifient. La plupart des termes ont été trouvés suite à un appel à contribution sur Facebook et Twitter. Vous pouvez également faire des propositions en commentant cet article 😉
Merci à Mauro qui a proposé “Résurrection ».

La Résurrection ? Difficile à croire !

Même pour les témoins de l’époque, pour les disciples de Jésus qui avaient passé du temps avec ce Jésus de Nazareth, et bien que la mort et la résurrection leur avait été annoncée (Mt 17:22-23), cela ne fut pas si facile que ça pour eux d’y croire. Dans l’évangile selon Marc par exemple, quand les femmes vont au tombeau, elles prennent peur et s’enfuient sans dire à personne ce qui est arrivé. “Elles sortirent du tombeau et s’enfuirent, toutes tremblantes et bouleversées, et elles ne dirent rien à personne car elles étaient effrayées” (Mc 16:8). Même quand Jésus lui-même se présente à ses disciples, “ils se prosternèrent devant lui, mais quelques-uns eurent des doutes.” (Mt 28:17). Encore plus fort dans l’évangile selon Luc où on nous dit que « saisis de frayeur et d’épouvante, ils croyaient voir un esprit” (Luc 24:36). Même certains disciples ont eu besoin de preuves, de voir et de toucher par eux-même afin de croire en la Résurrection, comme Thomas qui a besoin de toucher les stigmate du Christ afin de croire (Jean 20:26-29), ou Pierre qui à l’annonce de la Résurrection court au tombeau afin de voir s’il est effectivement vide (Luc 24:9-12). Il y a, dans la résurrection quelque chose d’incroyable, d’impossible, qui nous dépasse. Afin de pouvoir y croire, ils ont besoin d’une aide, de quelque chose sur lequel appuyer leur foi. Pour certains ce sera de voir le tombeau vide, d’entendre le témoignage d’autres compagnons, toucher les stigmate ou simplement rencontrer le Christ ressuscité. Le témoignage sur lequel nous pouvons faire reposer notre foi est celui des évangiles, qui viennent répondre à la question qui s’était alors posée aux disciples: “Que dire à ceux qui n’ont pas vécu aux côtés du Christ et qui ne l’ont pas vu ressuscité afin qu’eux aussi puissent croire ?”

C’est quoi, en fait ?

Cliquer pour agrandir la BD

Cliquer pour agrandir la BD

Ben oui, qu’est-ce que cette résurrection a de si particulier ? Parce qu’en fin de compte, les évangiles nous rapportent d’autres résurrections comme celle de Lazare, et ce n’est pas lui le personnage principal des évangiles. La Résurrection du Christ est d’une autre nature que les résurrections simplement corporelles dont nous avons également des témoignages, car le Christ ne revient pas à la vie que pour un temps comme ce fut le cas de Lazare, mais il vit d’une autre vie, d’une vie éternelle et il siège à la droite du Père. “Nous savons que Christ ressuscité ne meurt plus; la mort n’a plus de pouvoir sur lui.” (Romains 6:9)

Le sens de cette mort et de cette Résurrection, Jésus l’a expliquée à ses disciples lors du dernier repas. Mort sur la Croix, Jésus prend la place des hommes dans la condamnation à mort qui résulte du péché, et en subi la peine, lui qui est innocent. Mais par la puissance du Père, il est extirpé le troisième jour de cette mort, offrant ainsi aux hommes une vie nouvelle, une vie éternelle, sur laquelle la mort n’a plus d’emprise puisqu’elle s’est déjà abattue une fois pour toutes sur le Christ. Il s’agit d’un événement de réconciliation entre Dieu et les hommes, un événement par lequel Dieu rétabli le lien entre Lui et son peuple qui avait été brisé par la rebellion des hommes en prenant sur lui les conséquences de cette rebellion.

« Je vous ai transmis avant tout le message que j’avais moi aussi reçu: Christ est mort pour nos péchés, conformément aux Ecritures; il a été enseveli et il est ressuscité le troisième jour, conformément aux Ecritures. Or, si Christ n’est pas ressuscité, votre foi est inutile, vous êtes encore dans vos péchés, et par conséquent ceux qui sont morts en Christ sont aussi perdus. Si c’est pour cette vie seulement que nous espérons en Christ, nous sommes les plus à plaindre de tous les hommes. Mais en réalité, Christ est ressuscité, précédant ainsi ceux qui sont morts. En effet, puisque la mort est venue à travers un homme, c’est aussi à travers un homme qu’est venue la résurrection des morts. Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ »

(1 Corinthiens 15:3-4,17-22)

Croire en la Résurrection du Christ, ce n’est pas simplement croire qu’un homme, il y a très longtemps est revenu à la vie. C’est croire non seulement que Dieu lui-même a laissé la mort s’abattre sur Lui au lieu qu’elle s’abatte sur les hommes, mais qu’il a gagné face à la mort, et qu’ainsi il offre une vie nouvelle à celles et ceux qui le suivent.

La Résurrection comme fondement et clé de lecture

L’événement de la Résurrection est l’événement fondateur du christianisme, car sans la Résurrection, le message du Christ serait mort avec lui sur la Croix. C’est parce que le Christ est ressuscité, parce que la mort a été vaincue, parce que Dieu a permis à son peuple d’être à nouveau en communion avec Lui, que les disciples se sont empressés de parcourir le monde pour annoncer cette Bonne Nouvelle à tous les hommes. Et c’est aussi dans cette optique-là que les évangiles ont été écris, pour nous parler de cette Bonne Nouvelle que le Christ, Dieu fait homme, est ressuscité. C’est ce que les chrétiens annoncent à Pâques : “Christ est ressuscité, il est vraiment ressuscité ! Alléluia !”.

Image d’en-tête: Le Caravage – Lincrédulité de Saint Thomas

Tous les articles de la série:

golazphil

Etudiant en Master de théologie à Lausanne, je partage ici diverses réflexions et expériences, en espérant créer la discussion afin que nous puissions nous enrichir mutuellement.

Laisser un commentaire