5

On dit « évangélique » ou « évangéliste » ?

Il y a peu on me demandait « c’est quoi en fait un évangéliste ? ». La vraie question que la personne se posait était plutôt: « c’est quoi un évangélique ? ». Que ce soit dans des discussions ou dans les médias, ces deux termes sont souvent utilisés comme synonymes, sans que les gens sachent vraiment quelles réalités ces termes peuvent réellement désigner, et favorisant ainsi parfois de regrettables amalgames. C’est pourquoi j’ai pensé qu’il serait utile de clarifier les sens que peuvent revêtir ces termes, ainsi que les pièges qu’ils peuvent cacher également.

Evangélique ?

Commençons par le terme « évangélique« . Avant de regarder dans le détail la signification de ce mot, une remarque préparatoire est nécessaire. La langue française utilise le terme « évangélique » pour désigner deux réalités différentes. Je vais donc expliquer en deux fois, chacun des sens que peut prendre ce mot.

Le sens premier de ce mot, est ce que l’on traduit en allemand par Evangelisch. Cela caractérise tout ce qui est relatif à l’Evangile (la Bonne Nouvelle) ou aux quatre évangiles. Ainsi, quand je dis m’efforcer à vivre une vie évangélique, j’entends par là que je m’efforce à vivre selon les enseignements et les valeurs de l’Evangile, tel que cet Evangile m’est transmis par la Bible. Les Eglises réformées sont appelées en allemand « Evanglische Kirche », ce qui peut mener à des erreurs de compréhension ou de traduction quand il s’agit de franchir la Sarine. Ce qu’ils appellent « Evangelische Kirche », nous l’appelons « Eglise Réformée ».

Le second sens, dérivé tout de même du premier, est traduit en allemand par Evangelical. Nous entendons alors dans ce mot, qui peut être un nom propre tout comme un adjectif, ce qui est relatif ou ceux qui appartiennent au mouvement évangélique, ou à l’évangélisme pour utiliser un autre terme qui permet d’éviter la confusion. Notons également que ce second sens inclut le premier.

Par exemple, l’EERV, l’Eglise Evangélique Réformée du canton de Vaud, comprend elle-même, et doit se comprendre par rapport au terme évangélique dans le premier sens. Ce n’est pas une église appartenant au courant de l’évangélisme, mais une Eglise historique de confession réformée qui s’identifie à l’Evangile et à son message.
D’un autre côté, l’Eglise Evangélique Provence 24, à Lausanne, par exemple, est une église qui se reconnaît dans, et fait partie du mouvement évangélique. Ici, le terme évangélique désigne la confession de cette église, et des personnes qui la composent.

Evangéliste ?

Vient maintenant le second terme, « évangéliste« . Par évangéliste, est désigné généralement l’un des quatre auteurs des évangiles, soit Matthieu, Marc, Luc et Jean dans l’ordre canonique.
Cependant, il est possible que vous croisiez aujourd’hui des personnes qui se disent évangélistes, et ce surtout dans les églises évangéliques (Evangelical). Il s’agit là de personnes dont le ministère est de poursuivre ce que les quatre premiers évangélistes ont accompli, à savoir annoncer la Bonne Nouvelle à ceux qui ne l’ont pas encore entendue.
Par abus de langage, ce terme est même arrivé dans le monde profane, puisque la société Adobe a ses « Adobe Evangelist », qui sont des gens dont le travail est de faire connaître les merveilleux produits de la firme américaine à ceux qui n’y auraient pas encore adhéré.

Au final, tous sont des dérivés du mot Evangile, mais sont porteurs de sens différents, et se réfèrent à des réalités différentes, et changent de sens selon l’époque à laquelle nous rattachons l’un ou l’autre de ceux-ci. C’est pourquoi il est important de connaître ces différences, pour être certain de bien se faire comprendre, et pour éviter tout raccourci ou tout amalgame fâcheux. La suite du travail que doit effectuer celui qui emploie ces termes, sera de chercher à connaître encore la diversité et la richesse qui existe au sein même de ces différentes réalités. La langue française est une langue extrêmement riche, quand on s’applique à en connaître les nuances, tout comme l’Eglise est un lieu regorgeant de richesses et de nuances, toutes plus édifiantes les unes que les autres, et qu’il vaut la peine d’aborder et de connaître.

golazphil

Etudiant en Master de théologie à Lausanne, je partage ici diverses réflexions et expériences, en espérant créer la discussion afin que nous puissions nous enrichir mutuellement.

5 Comments

  1. Un pasteur d’église évangélique de mes amis se fâche régulièrement contre les « journaliques » qui parlent d’églises « évangélistes ». 😉
    Bonne mise au point !

    • Merci pour ton commentaire Dimitri.
      En effet, pas mal de journalistes font cette erreur, a priori pas si grave, mais cette petite erreur traduit généralement une mauvaise maitrise du dossier de la part du journaliste faisant cette erreur.

  2. Merci pour ces précisions utiles.

    À propos du terme « évangéliste », il est intéressant de noter que des 3 fois qu’il est utilisé dans le Nouveau Testament, aucune ne se réfère à Matthieu, Marc, Luc ou Jean. (Mais à Philippe, Timothée et pas-précisé).

    ++

    • Merci Olivier pour cette remarque intéressante. Je ne m’en était encore jamais fait la réflexion. Notre compréhension de ce qu’est un évangéliste est également certainement différente de ce que le NT entend dans ses emplois de ce terme.

Laisser un commentaire