2

Je suis pasteur !

« Bonjour, je suis le pasteur de Meyrin. » Cela m’a fait tout bizarre de dire cela alors que je téléphonais aux parents protestants de la commune pour leur présenter nos activités de catéchisme. C’est pourtant bien vrai : je suis pasteur. J’ai consacré les 7 dernières années à étudier et à me former pour habiter ce ministère, et me voilà installé dans ma première paroisse.

5 ans et demi sur les bancs de l’université

Qu’est-ce qu’ils m’ont apportés ces 5 ans et demi ? Ils m’ont donné une belle soif de me plonger dans le texte biblique et de chercher à le comprendre au mieux. Cela fut aussi l’occasion de former et de questionner petit à petit mes convictions et ma « théologie ». Un fruit important de ce temps passé à l’université et qu’il ne faut pas oublier est et reste : ce blog !

18 mois de formation professionnelle

S’il y a une chose qui n’apparaît (presque) pas durant les années académiques, c’est la dimension « ministérielle », soit ce qu’on va en faire en paroisse de tout ce bagage théologique. Les 18 mois de Formation Professionnelle au Ministère Pastoral (FPMP pour les intimes) se sont chargés de me préparer, dans la mesure du possible, à ce grand saut dans le ministère pastoral. Ces 18 mois ont assurément été les plus riches et un temps privilégié où j’ai pu former mes bottes de pasteur avant de me lancer seul, ou presque, sur les chemins du ministère.

Le passage dans deux communautés atypiques – la communauté oecuménique des personnes handicapées et la communauté oecuménique des sourds et malentendants – au tout début du stage s’est révélée particulièrement déstabilisante. En effet, après avoir appris à faire de beaux discours argumentés sur la Bible et la foi, me voilà projeté dans deux réalités où mes mots ne servent plus à grand chose. Au cours des quelques mois passés parmi les personnes handicapées et les sourds, j’ai appris à puiser dans mes ressources et dans ma créativité pour faire passer mon message, tout en me concentrant sur l’essentiel. 

Après un été passé à l’Espace Pâquis au sein du ministère Evangile et Travail, c’est à Satigny que j’ai posé mes valises (pleines de livres) pour 12 mois. Là-bas, c’est le ministère paroissial au quotidien que j’ai appris à apprivoiser. Gérer des bénévoles, mettre en place un programme de catéchèse sur une année, prêcher régulièrement, et faire mes premières armes dans un oecuménisme d’avant-garde comme il n’en existe qu’en de rares endroits. 

Je suis profondément reconnaissant pour toutes les personnes, dans chacune de ces communautés que j’ai fréquenté, pour avoir contribué à faire de moi le pasteur que je suis devenu et que je suis en train de devenir.

Des collègues et des amis

Mais tout cela n’aurait pas été pareil sans tous les autres pasteurs et diacres stagiaires avec qui il m’a été donné de vivre ce temps de formation. Plus que des collègues, ce sont de vrais amis, des ressources dans le ministère et dans la vie en général qu’il m’a été donné de rencontrer (ou de re-rencontrer pour un bon nombre d’entre eux). Ce fut d’ailleurs une joie immense de célébrer avec 6 d’entre eux lors d’un culte radio au titre sublime : « Qu’espérer quand on a tout foiré ?« 

Alors bon vent à chacune et à chacun, et à bientôt pour de nouvelles aventures !

19 joyeux pasteurs et diacres

Philippe Golaz

Pasteur dans l'EPG, je partage ici diverses réflexions, prédications et expériences, en espérant créer la discussion afin que nous puissions nous enrichir mutuellement.

2 Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.